Reconnaître une situation inhabituelle en santé animale et prendre les premières mesures

Habituellement, le producteur ou un employé remarque la présence d’une maladie animale grave lorsqu’il remarque que quelque chose ne va pas dans le troupeau. Vous trouverez sur cette page  de l’information sur les indicateurs, les protocoles de première intervention et les obligations de déclaration qui incombent au producteur.

Vous trouverez de l’information plus détaillée sur les maladies animales graves et sur les mesures préparatoires et d’intervention dans les Manuels sur la GUSA à l’intention des producteurs.

INDICATEURS D’ÉPISODES SANITAIRES INHABITUELS

Qu’il s’agisse de changements de comportement ou de symptômes physiques, des signes peuvent permettre aux producteurs de détecter que leurs animaux sont souffrants. Le personnel devrait être informé des indicateurs propres à votre exploitation permettant de signaler une source d’inquiétude. Les signes de base et les symptômes de maladies animales graves propres au secteur laitier sont énumérés à l’annexe 2. Cette information contribuera à accroître la sensibilisation et favorisera une identification précoce.

Adaptez les Protocoles des indicateurs suivants aux besoins de votre ferme, en consultation avec votre vétérinaire et votre personnel. Quand ces indicateurs sont observés chez certains animaux ou dans le troupeau, avisez immédiatement votre vétérinaire et suivez ses directives.

CONSEILS RAPIDES

  • Connaître les indicateurs et les protocoles d’intervention initiale
  • Reconnaître les principaux symptômes des maladies animales graves
  • Discutez de vos préoccupations avec votre vétérinaire

PROTOCOLE DES INDICATEURS D’ÉPISODES SANITAIRES INHABITUELS

Isi un des indicateurs suivants est observé, contacter immédiatement le vétérinaire de la ferme pour en savoir davantage :

Augmentation inexpliquée ou soudaine des animaux souffrants, des boiteries, des changements de comportements, des mortalités. Dépasse le niveau normal acceptable pour le nombre suivant de têtes par semaine ou par jour : _____________ (% de têtes)
Les animaux s’abstiennent de manger ou de boire : leur apport quotidien est en baisse pour des raisons non liées à la météo ou aux cycles saisonniers.
Maladie ou symptômes jamais observés auparavant
Maladie ou symptômes typiques, mais de gravité anormale ou ne répondant pas au traitement
Propagation rapide dans le troupeau
Maladie à déclaration ou notification obligatoire soupçonnée à la ferme
Tout décès de cause inconnue
Autres événements, déterminés avec votre vétérinaire

PROTOCOLE D’INTERVENTION INITIALE

On ne soulignera jamais assez l’importance d’une intervention initiale en cas d’épisode sanitaire inhabituel Une intervention efficace et rapide peut jouer un rôle important permettant de :

  • Limiter la possible propagation de la maladie
  • Atténuer les risques pour le personnel et les membres de la famille
  • Confiner l’incident
  • Réduire l’impact sur votre entreprise et sur le secteur dans son ensemble

Avant d’élaborer le Protocole d’intervention initiale, communiquer avec votre vétérinaire et les membres de votre personnel. S’assurer que les étapes que vous avez identifiées conjointement reflètent les besoins et caractéristiques propres à votre exploitation.

Si ces indicateurs sont observés chez un animal, aviser votre vétérinaire et suivre ses directives. En cas de doute quant aux mesures ou précautions à prendre, rechercher une clarification auprès de votre association sectorielle, au gouvernement provincial ou à l’ACIA.

PROTOCOLE D’INTERVENTION INITIALE AUX ÉPISODES SANITAIRES INHABITUELS

1. Aviser le personnel et les membres de la famille

Un épisode sanitaire inhabituel existe sur la ferme
Passer en revue et respecter rigoureusement les protocoles de biosécurité déjà en place ou établis par la direction en consultation avec le vétérinaire (p.ex. Protocoles de biosécurité vert, orange et rouge)
Réduire ou éviter les contacts avec d’autres animaux d’élevage, particulièrement d’autres bovins

2. Appeler un vétérinaire et suivre ses conseils, par exemple

Isoler les animaux malades
Soumettre des échantillons pour établir un diagnostic
Cesser les entrées et sorties du bovins dans le/du lieu infecté
Limiter et surveiller les autres entrées et sorties (personnel, équipement, épandage de fumier, etc.)
Réunir l’information/les documents nécessaires (p. ex. registre des visiteurs, inventaire du bovins, registre d’identification, notamment pour les animaux achetés ou vendus au cours des derniers 30 jours, registre des soins individuels, protocole de santé du troupeau)
Autres ____________________________________

3. Identifier une personne-ressource principale dans votre entreprise. Il s’agira de la personne clé ou du coordonnateur qui prendra les principales décisions

4. Contacter les intervenants externes. D’autres intervenants peuvent être avisés, après consultation avec le vétérinaire

Le vétérinaire du troupeau avise l’organisme de réglementation, le cas échéant
• Le vétérinaire de district de l’ACIA est appelé (si une maladie à déclaration obligatoire est soupçonnée)
• Vétérinaire en chef provincial
Autodéclaration du producteur à son association sectorielle et aux producteurs d’animaux d’élevage voisins (selon la maladie soupçonnée)
• PLQ (450 679-0530)
• Producteurs d’animaux d’élevage voisins
• Avertir les fournisseurs et autres entrepreneurs (p. ex. fournisseurs d’aliments, transporteurs de bovins, entreprises de services publics avec droits d’accès)

*Maladies à déclaration obligatoire* Les maladies à déclaration obligatoire sont décrites dans Loi sur la santé des animaux et le Règlement sur les maladies déclarables et sont habituellement d’une grande importance pour la santé humaine et animale ou pour l’économie canadienne. On exige de quiconque ayant le soin et le contrôle d’un animal (p. ex., un propriétaire, un vétérinaire, un laboratoire) de signaler immédiatement au vétérinaire de district de l’ACIA, la présence d’un animal qui est contaminé ou que l’on suspecte d’être contaminé par l’une de ces maladies.